Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202021-0

MAUVAISES HERBES

Une œuvre collective où se rencontrent et se prolongent des contributions venues
de divers horizons mais répondant à la même urgence.

UNE PENSÉE DU VIVANT

C’est un livre rare, tout en équilibre et en fluidité. Il associe une élégance du contenant et une effervescence du contenu. C’est un objet nomade, rebelle et singulièrement exigeant, qui produit de multiples échappées, surprises et bifurcations. Ce livre-objet n’est pas commercial et se propose à un prix libre pour revendiquer fortement « qu’il existe toujours des choses qui n’ont pas de prix ».Il est né du désir de Mona Convert, durant le confinement, de « recréer de l’oxygène » et donc de lancer un appel à questionner « l’espace, le partage, l’invention de la forêt ». Elle décide ainsi, accompagnée de Carlos Filipe Cavaleiro et Morgane Galichet, de solliciter divers artistes, écrivains, poètes et philosophes, de différentes générations, noms connus ou à découvrir, et d’accueillir dans une publication toutes les réponses réceptionnées. Cette conversation plurielle se compose d’une variété de niveaux de voix et de regards, et offre des points de vue neufs d’investigation et des sources vives d’interrogation. Fictions, réflexions, poèmes, dessins, peintures, photographies, documents, toutes ces
« mauvaises herbes » croissent abondamment, vigoureusement « non pas à un seul endroit, mais partout, non pas dans une direction, mais tout autant vers le haut, vers le dehors, que vers le dedans et vers le bas ».
Cet ensemble, pourtant hétérogène et enchevêtré, est avant tout intensité et concentration parce qu’il est la source d’un mouvement de reconquête et d’un retour à une pensée du vivant et à la nécessité d’une dynamique de résistance.

 

Didier Arnaudet